Quels sont les différents formats de course du triathlon ?

Dernière mise à jour : 12 mars

Du court au très long, du facile au très difficile, la multitude des formats de courses de triathlon s'accordent avec toutes les envies, tous les niveaux et tous les âges. Petit tour d'horizon des différentes distances de tri rencontrées sur le circuit.


Le triathlon courte distance


Format XS (400m / 10km / 2,5km)

C’est l’un des formats les plus courts mais aussi l’un des plus cardio ! Les formats XS impliquent de se donner à fond du début à la fin. Destiné généralement aux triathlètes débutants désireux de goûter aux joies du triple effort, le XS est qualifié de triathlon « découverte » parfois à tort : les meilleurs testent leur capacité anaérobie ou optimisent leurs transitions dans un format où la prépondérance est plus importante que pour un format long. Les épreuves XS exigent en moyenne entre 0h25 et 1h d’effort en fonction du niveau, du parcours et de la distance.


Le format S (750m / 20km / 5km)

Au même titre que le format XS, les triathlons S et leur distance raisonnable nécessitent pourtant une certaine condition pour ne pas finir difficilement. Format très nerveux et rapide, le S est l'une des distances officielles pour les championnats de triathlon régionaux ou nationaux. C’est aussi l’une des distances qui réunit le plus de participants ! Les épreuves S exigent en moyenne entre 0h55 et 2h d’effort en fonction du niveau, du parcours et de la distance.


Le triathlon moyenne distance


Format M ou format Olympique (1500m / 40km / 10km)

Le format M est légèrement plus exclusif que le S. Il faut dire que les 1500m de natation réalisent un premier écrémage des nageurs novices où peu à l’aise sur des distances supérieures à 1000m. Le M c’est aussi l’un des formats les plus appréciés par les athlètes : sa popularité vient de sa longueur hybride sur laquelle chacun trouvera chaussure à son pied. Finir coute que coute, battre son PR ou passer un moment sportif entre ami(e)s, le M est le parfait compromis pour la plupart des sportifs. Autre avantage : les débutants trouveront en lui un bon challenge sans que l’investissement en temps ne soit trop important pour devenir finisher. Ce format est aussi qualifié de Olympique car il sert de distance d’affrontement pour les plus grands triathlètes du monde tous les quatre ans aux JO (course avec drafting) ! Les épreuves M exigent en moyenne entre 1h45 et 3h30 d’effort en fonction du niveau, du parcours et de la distance.


Le triathlon longue distance


Format L ou Half Ironman (1,9km / 90km / 21,1km)

Le format L est un fourre-tout dont les distances varient largement. En France, la fédération française de triathlon définit le format L comme suit : 3 km de natation – 80 km de vélo – 30 km de course à pied. Dans les faits, une course L dépend des différentes organisations et à tendance à se rapprocher d’un triathlon Half Ironman dont la distance est normée comme suit : 1,9 km de natation, 90 km de vélo et un semi-marathon en digestif. Il n’est cependant pas rare d’observer des courses estampillées L avec « seulement » 70 kilomètres de vélo ou 15 km de course à pied. Cette différence provient généralement de la difficulté des parcours. Exemples : le Triathlon International de Cannes (15,7 km de CAP) ou le Triathlon des Gorges de l’Ardèche – Gard (76 km de vélo). Les épreuves L exigent en moyenne entre 3h15 et 8h30 d’effort en fonction du niveau, du parcours et de la distance.


Format XL (4km / 120km / 30km avec distance variable)

À mi-chemin entre le format L et le full distance, le format XL séduit de plus en plus par sa longueur moins exigeante que l’Ironman mais dont le dépassement de soi reste le maitre mot. Tout comme le format L, le XL affiche des distances variables en fonction des types de parcours et de la difficulté. La FFT classe le XL traditionnel comme une épreuve avec 4 km de natation – 120 km de vélo – 30 km de CAP. Bien souvent, les organisateurs n’hésitent pas à raboter la natation autour des 2 km afin de séduire un maximum d’athlètes moins à l’aise dans l’eau. Résultats, le Vercormans XL ou le nouveau Triathlon de la Madeleine XL proposent des parcours magnifiques mais exigeants pour pure grimpeur. Les épreuves XL exigent en moyenne entre 5h30 et 10h30 d’effort en fonction du niveau, du parcours et de la distance.


Le format XXL ou Ironman (3,8km / 180km / 42,2km)

C’est le format roi du triathlon. En tout cas considéré comme tel dans l’inconscient collectif. Il faut dire que le label Ironman œuvre avec force pour instaurer le mythe de l’homme de fer comme un graal atteignable par tous. Vous l’aurez compris, le format Ironman ou XXL décrit les distances suivantes : 3,8 km de natation – 180 km de vélo – 42,2 km de course à pied. Un sacré morceau avalé en moins de 8h pour les meilleurs et en près de 20h pour les plus courageux. La somme en miles de cette distance correspond au fameux 140.6 soit 226 km au total. Dans les faits, il n’est pas rare qu’un Ironman ou un XXL ne respectent pas littéralement les distances en grignotant 1 ou 2km sur le marathon ou quelques kilos sur la partie vélo. Mais bon, l’essentiel n’est pas là : la médaille de finisher vous tend les bras ! Les épreuves XXL ou Ironman 140.6 exigent en moyenne entre 7h30 et 18h30 d’effort en fonction du niveau, du parcours et de la distance.


 

Et aussi : les formats jeunes

Les petits aussi ont le droit à leurs triathlons ! D’ailleurs, le triple-effort sous toute ses formes est un sport particulièrement apprécié des bouts de chou et des parents pour son caractère ludique, valeureux et complet. La fédération française de triathlon découpe les formats en fonction de l’âge :

  • 6-9 ans : 50m – 1km – 500m

  • 8-11 ans : 100m – 2km – 1000m

  • 10-13 ans : 300m – 6km – 2000m

A partir de 14 ans, les adolescents se confrontent sur des formats XS ou S. Ce sont d’ailleurs sur ces distances que se font les compétitions régionales et nationales telles que le championnat de France.

19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout